Cabinet d'Orthodontie du Dr Claire HAIGNERÉ

20 rue de Paron
- 91370 Verrières le Buisson
Tél. : +01 69 20 63 80

Risque carieux et orthodontie

Crédits : Sibylle Opsahl Vital, Claire Haignere-Rubinstein, Jean-Jacques Lasfargues, Catherine Chaussain.

 

Il est aujourd’hui prouvé que les traitements orthodontiques augmentent le risque d’apparition de lésions carieuses, constituant un préjudice pour les patients et compromettant fortement la réussite de ces traitements. Ce risque est inhérent à la fois à l’appareillage qui provoque une augmentation des sites de rétention de plaque, mais aussi à une modification de la flore bactérienne et à l’âge des patients. Une évaluation précise du risquecarieux doit donc être réalisée avant toute mise en place d’appareillage etréévaluée périodiquement au cours du traitement. Doivent s’adjoindre des mesures préventives qui commencent par l’éducation et la motivation des patients à la maîtrise d’une bonne hygiène buccodentaire. La prévention passe également par une utilisation adéquate des différents vecteurs de distribution du fluor topique, notamment l’application de vernis à haute teneur en fluor. Des mesures prophylactiques complémentaires, comme l’utilisation de vernis à la chlorhexidine et le scellement des sillons sont également recommandées. Enfin, l’orthodontiste peut limiter au maximum les facteurs de rétention de plaque dentaire comme le sont les bagues ou les maillons élastomériques. L’objectif de cet article est de proposer une démarche diagnostique spécifique et de présenter les mesures de prévention scientifiquement validées, à mettre en œuvre parallèlement à la thérapeutique orthodontique.

Fig. 1. a,b : patiente présentant de nombreuses lésions carieuses amélaires dans le secteur antérieur à l’issue de son traitement multi-attaches.

 

Fig. 2. a : patient présentant de nombreuses lésions carieuses après traitement multi-attaches. Vue antérieure, les lésions amélaires sont minimes et réversibles ; b–e : dans les secteurs postérieurs les atteintes carieuses sont sévères, atteignent la dentine, avec un pronostic défavorable pour la conservation de la pulpe de 37 et 47.

Fig. 3. L’appareillage orthodontique entraîne une augmentation de la rétention de plaque et complique son élimination.

Fig. 4. Les lésions amélaires, type white spot sont particulièrement fréquentes dans le groupe incisivocanin maxillaire, du fait de la rétention de plaque autour des attaches orthodontiques.

Fig. 5. L’inflammation gingivale est également importante dans cette zone antérieure compliquant encore le brossage.

 

Fig. 6. Les deuxièmes molaires en éruption sont des zones particulièrement à risque de carie, du fait de leur immaturité et de leur arrivée dans un environnement septique.

 

Fig. 7. Les cingulums des incisives, lorsqu’ils sont anfractueux représentent une zone à risque de lésion carieuse.

 


Fig. 8. a,b : patient présentant, à ce stade, une contre-indication pour le traitement d’orthodontie, du fait de son risque carieux élevé et non maîtrisé. Une prise en charge cariologique préalable est indispensable avec la mise en place d’un traitement multi-attaches.

Fig. 9. a,b : test Clinpro Cario L-Pop® (3 M). L’intensité du marquage reflète la septicité globale de la cavité buccale et informe sur le risque carieux global. Test non disponible en France

 

Fig. 10. a,b : deuxième molaire en éruption pendant le traitement, carie dans le sillon vestibualire. Traitement par scellement des sillons et application de vernis fluoré (Duraphat® Colgate), à renouveler tous les trimestres.

 

Fig. 11. a,b : patiente présentant des lésions amélaires réversibles durant son traitement. En complément de l’amélioration du brossage, application de vernis fluoré (Duraphat® Colgate) sur les zones de déminéralisation.

 

Fig. 12. a,b : chez ce patient, le traitement d’orthodontie a dû être interrompu, du fait de la non maîtrise du risque carieux, malgré les séances de motivation et l’utilisation de fluor topique. Vue des lésions carieuses amélodentinaires nécessitant des restaurations.

Crédits : Sibylle Opsahl Vital, Claire Haignere-Rubinstein, Jean-Jacques Lasfargues, Catherine Chaussain.

Article rédigé par le praticien le 02/05/2012